Actualité

Samedi23
avr2016

Nos ambitions sont fortes ! L'équipe première filles et son coach Natacha Tack

Golfer’s (1ère division par équipes dames) – 4 au 8 mai – Racing Club de France la Boulie

« Nos ambitions sont fortes» 

Capitaine de l’équipe 1 dames depuis quatre années, Natacha Tack a vu grandir son équipe et ses joueuses. Avant le début de la compétition qui rassemble 16 meilleurs clubs français, elle nous livre ses impressions.

 

Quelles sont tes ambitions cette année ?

Notre objectif est de terminer dans les cinq premières équipes à la fin du stroke-play. Ainsi, on éviterait les trois équipes de tête pour le tableau du titre (NDLR : la première équipe après les stroke-play joue contre la 8e, la 2e contre la 7e, la 3e contre la 6e, la 4e contre la 5e). Après, à moyen terme, l’objectif est de faire une finale. Mais la marche est haute à franchir. Mais je suis confiante car tous les ans on progresse.

 

Ton équipe comporte deux générations : des jeunes de -18 ans et des joueuses entre 23 et 30 ans. Comment gères-tu cette situation ?

Depuis quatre ans, je mets un point d’honneur à mélanger ces deux générations. C’est une somme de petits détails. Lors des repas, des entraînements, il n’y a pas deux camps. Mais une équipe et des filles qui vivent ensemble une belle aventure. Cet état d’esprit est renforcé par le fait que ces filles ont été formées à Bondues : cela crée une unité. C’est une équipe et pas des individualités. C’est pourquoi quand Salomé Zasio a demandé de venir jouer à Bondues car elle cherchait un grand club (ses grands-parents habitent dans le Nord), elle a été facilement intégrée. Et, enfin dans cette équipe, j’ai la chance d’avoir une pépite : Constance Benoît. Tout le monde l’aime, c’est un élément rassembleur.

 

Comment vous êtes-vous préparées pour la Golfer’s ?

On a fait une très bonne préparation. Comme ce n’est pas loin, on est allé cet hiver reconnaître le parcours avec le pro qui nous suit Adam Jones. Objectif : élaborer la stratégie de jeu, étudier les pentes des greens, les zones d’attaque… Et, ensuite tout le travail d’entraînement hivernal a été construit en fonction des infos prises. Par exemple, sur ce parcours, on ne joue quasiment jamais les pieds à plat. Alors on a bossé ce type de coups.